Premier voyage à vélo – Été 2019

Bonjour,

Cela fait presque un an, au moment où j’écris ces lignes, que je suis parti faire mon premier voyage à vélo. Comme je procrastine beaucoup et que je suis sur plein de projets en même temps, je n’ai pas pris le temps de mettre au propre ce récit de voyage. Pourtant, il me semble important de le faire, déjà comme témoignage, mais aussi pour le souvenir.
Notre vision du voyage à vélo change, nos limites évoluent, notre expérience se précise, ces récits sont aussi l’occasion de se voir mûrir au fil du temps à travers ces micro-aventures qui, pour moi, a été une aventure complète qui en appelle d’autres.
Enfin, pour laisser la place aux nouvelles, je voulais finir d’écrire celle-ci afin d’avoir l’esprit plus libre. Je n’ai pas encore fini d’écrire ce récit. C’est sur un forum que l’idée m’est venu de réécrire cette aventure par envie de partage. C’est aussi cette envie qui me suit aujourd’hui et me motive à poursuivre. Je posterai donc par jour. En espérant que cela vous plaise. Des articles liés à ce périple devraient suivre ( je ne promets rien, procrastination tout ça, tout ça… ).

Ah et merci à ceux qui se sont abonnés à la Newsletter ! Le blog avait un peu l’air à l’abandon, mais vous êtes là quand même. Merci ! 🙂

—————-

Introduction

L’été dernier, je suis parti en voyage à travers la France à vélo. Quand j’en parle autour de moi, je vois que les gens sont assez curieux vis-à-vis de cette aventure, je me suis dit que cela pouvait aussi vous intéresser. En cette période, ça me fait aussi du bien de me rappeler les bons moments passés à l’extérieur.

Cela faisait des années que je souhaitais faire un voyage à vélo. Je me souviens, enfant, regardant le halage proche de chez moi et me demandant jusqu’où ça allait. Ainsi, je me disais « et si je continue tout droit, jusqu’où je peux aller ? ». Déjà, quelque chose en moi était né. Une petite étincelle qui allait devenir une petite flamme qui allait grandir. Elle resterait en moi des années, là, à brûler en créant une envie de plus en plus forte.

Mais c’est sans compter la vie quotidienne qui nous rattrape, les années qui passent et les rêves qui s’effacent au fil du temps. Et puis les doutes : n’est-ce pas une folie que de tenter une telle aventure ? Mais les doutes et les peurs viennent surtout de ce qu’on ignore. Parfois ils sont fondés, souvent ils ne le sont pas. Alors, je me suis dit que j’allais me préparer pour un voyage à vélo parce qu’il fallait que je le fasse. Cette flamme brûlait toujours en moi et avait bien grandit. Je ne pouvais plus faire semblant de ne pas la sentir. Je voulais vivre cette aventure.

Je me suis donc renseigné, forum, vidéo Youtube, surtout des groupes sur Facebook, site Internet, blog… afin de voir comment faisait les autres, ce qu’ils conseillaient, la liste du matériel etc. Il me fallait m’équiper. Nous étions en novembre 2018 et j’avais prévu de partir vers le mois de juin 2019. J’avais environ 8 mois pour tout préparer, tout acheter. Ce ne serait sans doute pas parfait, ça coûte cher un voyage à vélo, aussi petit soit-il car je ne voulais pas faire beaucoup de kilomètres, partir quelques jours, environ 500 kilomètres peut-être, ce qui, pour moi, était déjà énorme. En réalité, j’irais bien plus loin. Mon projet s’affinera avec le temps.

Chaque année j’allais en Bourgogne voir une amie. Je vis en Bretagne à côté de Rennes. Alors je me suis dit que je pourrais partir la voir, cette année, à vélo. J’avais mon itinéraire. Je voulais passer par Nantes car c’était cette direction que je regardais plus jeune en me demandant jusqu’où ça allait. Ensuite, j’allais rejoindre La Loire à vélo jusqu’à Orléans où je sortirais de la Loire à vélo pour aller vers le Nord, direction Sens. Voilà, c’était le plan. Déjà j’allais plus loin que ce qui était prévu.

Enfin, arrive le jour prévu.

Voyage Rennes - Bourgogne
Départ – Voyage Bourgogne

Je voulais attendre qu’il fasse beau, et je trépignais d’impatience. L’été n’arrivait pas. Le temps n’était pas terrible, il faisait gris. Je me souviens du mercredi soir, je vais faire du sport ( badminton ) dans mon club en jeu libre. Je joue mal. J’étais énervé et le soir en rentrant je me dis « allez, ça me soûle, j’me barre ! ». Le lendemain matin je partais. Pas de chance, la tempête Miguel arrivait de l’Ouest de la France, j’allais me la prendre de plein fouet.


La suite demain…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.