Tour de la Bourgogne à vélo – Jour 6 – Étape finale

Tour de la Bourgogne à vélo
Bivouac à côté de Charigny

Cette fois je ne peux pas dire qu’il y avait du vent ou du bruit pour m’empêcher de dormir. Rien. Silence complet. Flippant. Je me place normalement près d’un village ou d’une ville afin de me rassurer, mais là rien. Du coup j’ai eu une crise d’angoisse qui a pointé son nez que j’ai réussi à calmer avant de m’endormir.
Malgré la couverture, le froid qui m’a tenu éveillé une partie de la nuit. Je regrette de ne pas avoir mon duvet.
Après Châteauneuf le canal est bordé de beaux villages qui ont un vrai cachet d’authenticité ( Montbard, Saint-Rémy, Buffon… ) ; je me réserve ceux que je n’ai pas vu pour plus tard. Ensuite cela redevient plus « rocheux ».

Ainsi en musique je roulais tranquillement quand la selle me faisant encore mal je me mets en danseuse et me v’la qui valse sévère de gauche à droite et puis claque ! Ma roue qui est voilée à nouveau. J’avais compris ce qui m’attendait. Deux autres rayons.
Enfin faudra revoir mon paquetage pour avoir moins de poids derrière. Plein d’idées comme ça me sont venues lors de ce voyage mais globalement tout était plutôt bien, le pire n’étant même pas l’histoire du duvet mais de la selle. Ça ! Ça peut te gâcher un voyage. Là où tout va bien et où tu serais bien, tu n’aurais rien à redire, une selle qui te lacère à force de frottement te sort quand même un peu de ton extase, de ta paisible contemplation. Et je ne vous parle pas du lendemain lors des premiers coups de pédales qui sont pourtant souvent les meilleurs.

Malgré ça je continue de longer le canal sur la droite et l’Armençon sur ma gauche. Ainsi pour se baigner il n’y a pas long à faire.

Publication du 6 juillet 2019

Voyage à vélo Bourgogne
La brume matinale

Toujours aussi agréable de rouler tôt le matin.

Voyage à vélo Bourgogne
Bateau Canal Bourgogne
Voyage à vélo Bourgogne
Vue sur village
Voyage à vélo Bourgogne
Montbard
Voyage à vélo Bourgogne
Mairie Montbard

 

Voyage à vélo Bourgogne
Marches Montbard
Voyage à vélo Bourgogne
Parc Buffon

Quand j’entre dans une ville, j’essaie de m’imprégner des lieux. J’aime aussi regarder la vie qui s’y déroule, la cadre, le rythme de vie. Les parcs sont très reposants pour le voyageur. Ils offrent souvent de l’ombre, de la tranquillité et de la fraîcheur.
En haut de ce parc il y a une très belle vue sur la ville.

Voyage à vélo Bourgogne
Canal Bourgogne
Canal Bourgogne
Lavoir à Ravières
Voyage à vélo Bourgogne
Ravières
Voyage à vélo Bourgogne
Abbaye de Quincy à Commisey ( XII e )

 

Voyage à vélo Bourgogne
Baignade
Voyage à vélo Bourgogne
Cathédrale à Tonnerre

J’étais pas fan de l’ambiance à Tonnerre. Pas envie d’y rester longtemps ni de visiter.

Voyage à vélo Bourgogne
Lavoir à Cheney
Voyage à vélo Bourgogne
Baignade encore et toujours
Voyage à vélo Bourgogne
Peinture canards
Voyage à vélo Bourgogne
Peinture homme qui pêche

Au début du Tour de la Bourgogne j’avais commencé dans le sens des aiguilles d’une montre avant de me dire que je préférais faire le Tour dans le sens inverse, plus rassurant. J’allais bientôt reconnaître la route que j’avais prise dans le sens inverse. Ce qui fait une drôle d’impression après tant d’aventures.

Voyage à vélo Bourgogne
Bivouac près de Joigny
Tour de la Bourgogne à vélo
Trajet Charigny – Joigny

 

Conclusion Tour de la Bourgogne à vélo

Dans la toute fin de soirée je finis la grande boucle. Je dépasse la ville pour trouver un coin où dormir. C’est un timing précis, une course avec le soleil où la nuit se jette doucement sur soi et où on lui répété « attends », en souriant intérieurement car on se joue de ce petit risque qu’elle nous prenne au dépourvu. Un jeu avec le soleil et la nuit et avec les humains, un cache-cache.
J’ai trouvé à 10 minutes de la nuit. Sauvé !

Voilà ce tour de la Bourgogne achevé. 6 jours, plus de 900 km il me semble. De bons moments. De jolis coins traversés. Pas une goutte de pluie – ce qui est une réelle chance.
Les voies vertes sont superbes. Mieux par endroits que d’autres évidemment – certains se sont surpassés. C’est très roulant sauf les 20 derniers kilomètres que j’ai parcourus, allez savoir pourquoi. Balisage souvent bons, parfois très bons, d’autres fois absents. Bref, à refaire sans doute dans une autre saison et continuer à explorer les voies vertes de France.

J’écris ce message assis sur un banc, à l’ombre, dans un parc en attendant qu’un magasin vélo ouvre. C’est aussi ça le voyage. J’ai réussi à prendre plus mon temps mais j’ai encore été trop vite. Je m’impose un timing sans réelles grandes justifications ce qui fait que même si je suis bien dans une rivière je ne vais pas y rester longtemps, si je suis fatigué, je vais éviter une sieste qui pourtant me ferait du bien.
Hier je me suis baigné et je voyais des voyageurs allongés sur l’herbe : ils dormaient. J’ai fait un tour assez long et quand je suis repassé devant ils dormaient encore. Pour moi, selon ma conception du voyage, eux sont dans le « vrai » dans le sens où ils se rapprochent de l’idée que je me fais d’un vrai voyage à vélo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.